Le lombricompostage d’une collectivité en milieu rural, l’exemple de Coeur de Chartreuse

18/05/2021 | Collectivités Compostage domestique Compostage individuel Lombricompostage
https://aura.reseaucompost.fr/storage/uploadfile/rcc_photo-atelier-595.pngLombricompostage en zone rurale de montagne

L'actuelle Communauté de Communes Cœur de Chartreuse située en Isère et Savoie, 17 000 habitants, a accompagné en 2013-2014, l'usage de lombricomposteurs sur son territoire.

Voyons le détail. La Communauté de Communes déjà engagée à l'époque dans la promotion du compostage de proximité (formation et animation d'un réseau de guides composteurs, soutien au compostage individuel et partagé,...) grâce au dynamisme de sa chef de service, Pascaline Ménard a souhaité tester la mise à disposition de lombricomposteurs.
Avec un taux d’habitat collectif de 11 %, représentant plus de 500 foyers, notamment sur sa ville centre à Saint-Laurent-du-Pont, la CCCC a décidé de réfléchir à la question du lombricompostage. Afin d’évaluer le niveau de besoin en la matière, le Réseau de guides composteurs a présenté sur son stand lors du marché aux fleurs de Saint-Laurent-du-Pont, un lombricomposteur. Curiosité et intérêt du public et 7 personnes se sont déclarées intéressées par cette technique et même, prêtes à accueillir chez elles le matériel nécessaire.
Après réflexion avec les élus, le principe d’une opération « Foyers témoins lombricompostage » a alors été acté : la CCCC fournira gratuitement à une quinzaine de foyers volontaires le matériel, les formera et les suivra pendant une période d’environ 1 an avant de dresser un bilan.
En avril 2013, les 15 foyers témoins étaient trouvés :
- 3 élus de la Commission Déchets,
- 1 technicienne,
- 3 membres du réseau de guides composteurs,
- 8 habitants du territoire.
Parmi eux, 4 habitants en appartement et 11 en maison individuelle. Pour ces derniers, le lombricompostage vient la plupart du temps en complément d’un compostage de jardin, notamment l’hiver où le composteur est parfois difficile d’accès à cause de la neige.

Afin de bien démarrer l’opération, la Communauté de Communes a choisi de rendre obligatoire pour les 15 foyers témoins un atelier de mise en route du lombricomposteur et de formation à cette technique.

Le suivi de l’opération :
- téléphone disponible pour aider à la résolution de difficultés.

- un entretien téléphonique au bout d’1 à 2 mois afin de recueillir les premières impressions et éventuellement, les premières difficultés.

- les rencontres trimestrielles. La première rencontre s’est déroulée, comme prévu dans la charte d’engagement, à l’issue d’un trimestre de fonctionnement, soit en septembre 2013. Il a été demandé à cette occasion aux 11 foyers témoins présents, de venir, si possible, avec leur lombricomposteur, ce qui a permis d’alimenter les discussions et d’allier la pratique à la théorie.

Les lombricomposteurs qui avaient été apportés ont été analysés chacun leur tour, permettant de nouveau un riche partage des expériences. Le principal désagrément évoqué a été la présence de moucherons. A l’issue de cette première rencontre, la CCCC a offert aux foyers témoins de quoi se restaurer et se rafraîchir, afin de prolonger ce moment de convivialité de manière informelle.
Les deux rencontres ultérieures en 2014 ont permis des échanges d'expériences intéressants (présence de beaucoup ou de peu de vers, lombricomposteur laissé à l'extérieur au gel, …). Par la suite 48 lombricomposteurs ont été distribués depuis 2015 à un tarif préférentiel de 20€. Une nouvelle formation est prévue en juillet.
La technicienne de la CCCC nous transmet les recommandations suivantes : technique réservée à un public averti et motivé (à ne pas distribuer en masse) – accompagner la distribution d’une formation est un plus pour un bon démarrage – la conduite d’un lombricomposteur peut-être délicate si la personne n’a pas toutes les infos…. vers sensibles au chaud et au froid, certains aliments non consommés par les vers risquent de provoquer des désagréments ponctuels type moucherons, … Lorsque cela est possible, les usagers sont plutôt orientés vers du compostage traditionnel de jardin. Sur le territoire de Chartreuse et contrairement aux idées reçues, le lombricompostage n’est pas réservé aux gens habitant en appartement, beaucoup de lombricomposteurs ont été fournis à des personnes ayant une maison et pratiquant le compostage et le lombricompostage pour différentes raisons : le lombricompost est plus fin que le compost, pratique en hiver pour éviter d’aller braver la neige afin d’atteindre le composteur extérieur, outil pédagogique avec les enfants, des envies d’expérimentation, …

Interview réalisée par Christian Nanchen, Maître composteur